La région de Mégantic, région agro-industrielle par excellence!

AgroalimentaireSi la transformation du bois est au cœur du développement économique de la région de Mégantic, l’agro-industrie fut tout aussi importante et est maintenant en pleine croissance. Grâce à l’ingéniosité locale, à une nature des plus diversifiées et à une demande croissante dans ce secteur pour des produits locaux et originaux, la région de Mégantic est très bien positionnée pour prendre avantage des opportunités futures.

Le rôle déterminant de l’eau

Une eau potable exceptionnelle pour l’agroalimentaire à Lac-Mégantic!

L’agroforestier

Le savoir-faire des entrepreneurs de la région à façonner les matières d’ici et d’ailleurs saura en inspirer plusieurs. Des perspectives intéressantes et des marchés insoupçonnés se présentent dans le secteur agroforestier :

Acériculture

Produits de l’érable et ses dérivés

Produits de l'érable
Produits de l’érable
  • Applications à valeur ajoutée: classification des saveurs, appellation contrôlée, propriétés antioxydantes, eau d’érable pasteurisée, anti-inflammatoire, santé du foie, anticancéreux, pro et pré biotique
  • Chercheurs de l’Université du Rhode Island: 54 composés bénéfiques (5 composés uniques dont un qui a été nommé le « Quebecol »
  • Super aliment, biopharmaceutique, cosmétique
  • Plusieurs centres d’expertise: Université Laval, FPAQ, ACER, Université de Tokyo…
  • Marchés d’exportation en croissance: Europe, Japon, etc.
  • Foire alimentaire mondiale (Foodex) – rencontres de distributeurs spécialisés du Québec et de l’Ontario

Agroforestier (autres opportunités)

Produits forestiers non ligneux

  • Sève d’érable, de bouleau
  • Plantes médicinales et comestibles
  • Arbres à noix et champignons
  • Biomasse – énergie, huiles essentielles, polyphénols, crédits de carbone (2013)
  • Arbres de Noël
  • Petits fruits/arbustes sauvages (ex. amélanchier, ginseng à cinq folioles, asaret, actée…)
  • Produits de la culture en forêt : contient plus de principes actifs

 

L’agroalimentaire

Le Québec – région parmi les plus compétitives en Amérique du Nord en transformation agroalimentaire

  • une source d’énergie (hydro-électricité) propre, abondante et abordable ;
  • une eau potable de très haute qualité et en abondance
  • prix du sucre plus compétitif au Canada qu’aux États-Unis (pas de protection tarifaire)
  • une main-d’œuvre qualifiée formée dans des écoles spécialisées en agroalimentaire ;
  • des centres de recherche en agroalimentaire de renommée internationale ;
  • une fiscalité attrayante pour la R-D et l’achat d’équipements de fabrication et de transformation.

Sol et température – MRC du Granit

La période sans gel varie selon la topographie du territoire. La MRC du Granit compte environ 80 à 95 jours sans gel. Une petite superficie au nord-ouest bénéficie d’une période plus longue sans gel (95-110 jours). La zone agricole permanente représente 53% des 273 180 ha (hectares) de la MRC soit 144 686 ha. Les exploitations agricoles occupent 25% du territoire (68 920 ha – champs cultivés et boisés inclus).

Agriculture et agroalimentaire – Faits saillants pour la MRC du Granit (2010)*:

  • 591 exploitations agricoles œuvrent dans la MRC du Granit
  • 22,9 % du total des entreprises agricoles de l’Estrie (2 581 entreprises)
  • Revenus agricoles : 83,7 M $ ou 15,5 % du total estrien qui est de 541,5 M $
  • La MRC du Granit possède 13,2 % des superficies cultivées de l’Estrie
  • Leader en acériculture en Estrie et au Québec (55 %) : 67 % des entailles, 69 % des revenus, 2e région en importance au Québec
  • La MRC du Granit occupe le 3e rang en Estrie (en termes de revenus) dans les secteurs suivants : bovins laitiers, volaille, aquiculture
  • 4,5 % de l’offre estrienne en agrotourisme (2 fermes agrotouristiques en 2012)

La production

Les types de production les plus importantes sur le territoire de la MRC du Granit (en termes de % de revenus agricoles et en termes de nombre d’entreprises) sont la production laitière et l’acériculture.

Types de productions – MRC du Granit – 2010

Types de production% des revenus/MRC du Granit% du nombre d'entreprises
Production laitière37,4 %16,8 %
Acériculture40,1 %62,2 %
Porcs6,0 %2,5 %
Bovins de boucherie3,9 %7,5 %
Horticulture ornementale incluant sapins de Noël3,4 %2,6 %

Pour ce qui est de la production végétale, la MRC du Granit représente 62,3 % des superficies d’érablières exploitées en Estrie (19 455 ha) et est aussi 2e au Québec en importance après la région du Bas St-Laurent. Les superficies totales cultivées (à l’exception des pâturages naturels et érablières) sont de 16 637 ha. Cela représente 6 % du territoire de la MRC du Granit. 65 % de la superficie en culture sont occupés par le fourrage et les plantes fourragères représentent également une très grande proportion avec 83 % des champs cultivés.

Au cours de la dernière décennie, la superficie cultivée a diminué quelque peu  de 5,3 % de 2000 à 2010. L’acériculture a augmenté de 31,8 % en nombre d’entailles alors que d’autres cultures ont légèrement diminué.

Les céréales et protéagineux cultivés dans la MRC du Granit sont principalement l’avoine et l’orge et ne représentent que 8,6 % de la production totale de céréales en Estrie. Le maïs-grain et le soya ne sont pas activement cultivés dans la région puisque l’unité thermique y est trop faible.

La transformation agroalimentaire

Faits saillants – MRC du Granit 

  • De 2004 à 2012, le nombre d’entreprises augmente de 71,4 % passant de 14 à 24
  • 277 emplois dans la MRC du Granit
  • Exploitations agricoles : 58,3 % de la transformation dans la MRC
  • 13 % des entreprises sont certifiées BIO
  • 25,9 % des entreprises de produits de l’érable de l’Estrie (7 entreprises sur 27)
  • 12 % des entreprises de transformation agroalimentaire de l’Estrie (7.5 % de la population)
  • Autres secteurs en expansion : confiseries, chocolaterie, pâte alimentaire, farines, produits surgelés, herberies, fromagerie, boissons chaudes ou froides.

Commerce de détail/gros et restauration

Faits saillants – MRC du Granit 

  • 4 % des grossistes de l’Estrie (produits laitiers et fruits et légumes)
  • 50 commerces de détail alimentaires (2013) – augmentation de 11% de 2001 à 2013 (alors que l’Estrie connaît une diminution de 12%)
  • 9,3 % des magasins d’alimentation de l’Estrie (7 % de la population régionale)
  • Hausse de 21 % dans les épiceries/boucheries entre 2001 et 2013
  • 117 établissements de restauration, en hausse de 4% depuis 2001 (baisse de 22% en Estrie)
  • 10 % des établissements de restauration de l’Estrie

*Source pour cette section : « Agriculture et agroalimentaire MRC du Granit 2010 », MAPAQ, Direction régionale de l’Estrie, Février 2014.
http://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Regions/Estrie/ProfilRegion/Granit_profil_2010.pdf


 

Importance économique de l’industrie acéricole

Produits de l'érable
Produits de l’érable

L’industrie acéricole canadienne fournit 80 % de la production mondiale de sirop d’érable pur et elle est le principal producteur de sirop d’érable et de produits connexes. Lorsqu’on parle de produits phares du Canada, rien ne se compare au sirop d’érable, doux et sucré.

Le Canada fabrique des produits de l’érable depuis les tous débuts de son histoire. En effet, ce sont les populations autochtones qui ont montré aux premiers colons européens à fabriquer des produits de l’érable.

Le sirop d’érable est apprécié comme garniture de plusieurs aliments et l’on s’en sert comme ingrédient pour la fabrication de nombreux desserts.

Entièrement naturel, il constitue une excellente source de riboflavine et de manganèse et il contient de nombreux antioxydants, ce qui lui procure un avantage concurrentiel sur les édulcorants artificiels.

Le Canada est l’hôte de cinq espèces d’érable, c’est-à-dire l’érable à sucre, l’érable noir, l’érable rouge, l’érable argenté et l’érable à Giguère. Cependant, l’érable à sucre et l’érable noir sont les seules espèces propices pour la production de sirop en raison de leur teneur élevée en sucre, soit 2 % et 3 % respectivement.

Pour obtenir un volume maximal de sève des érables, il faut que les températures varient entre le jour et la nuit, passant de températures sous le point de congélation la nuit à des températures douces le jour.

En 2013, le Canada a produit 10 millions de gallons de sirop d’érable, soit une hausse de 27 % par rapport à 2012. Le Québec produit à lui seul 90,4 % du sirop d’érable au pays. L’industrie acéricole canadienne a connu une hausse de 34 % de la valeur des produits de l’érable, qui est passée de 304,5 M $ en 2012 à 408 M $ en 2013.

Le Canada est en outre le plus important pays exportateur de produits de l’érable au monde. En effet, ses exportations de produits de l’érable s’élevaient à 278 millions de dollars en 2013, dont 95,3 % provenaient du Québec et 3,7 % du Nouveau-Brunswick. Les autres provinces productrices représentaient ensemble 1 % seulement des exportations totales.

En 2013, le Canada a exporté 65 % de ses produits aux États-Unis, 9 % au Japon et 8 % en Allemagne.

Source Gouvernement du Canada – Aperçu statistique de l’industrie de l’érable au Canada 2013

Mise en marché collective des produits de l’érable

ÉrablièreL’organisation de la mise en marché a permis d’harmoniser et de contrôler les normes de qualité du sirop d’érable produit en vrac.

La mise en marché de la sève et du sirop d’érable du Québec est chapeautée par le plan conjoint des producteurs acéricoles du Québec en vertu de la Loi sur la mise en marché. Seule la production vendue directement au consommateur par le producteur est exemptée du plan conjoint et de toute réglementation.

Tous les acériculteurs qui produisent du sirop d’érable en vrac ou en barils doivent le commercialiser par l’intermédiaire de l’agence de vente de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec.

Ce sirop est systématiquement inspecté et classé par une firme externe neutre afin d’en déterminer le prix et, au besoin, le conditionnement approprié.

Les acériculteurs qui embouteillent eux-mêmes leur sirop ont la liberté de le vendre à l’intermédiaire de leur choix (ex. : dépanneur, épicerie). Cependant, ils doivent déclarer ces ventes à la Fédération.

Afin d’éviter les surplus, le niveau de la production s’ajuste à la demande par un mécanisme de contingentement de la production.

Tous les acériculteurs, qu’ils vendent en vrac ou en petits contenants à un intermédiaire, participent au financement des interventions de la Fédération.

Source FPAQ


Érablière école de Saint-Romain

Érablière école Saint-Romain - Photo : MFR du Granit
Érablière école Saint-Romain – Photo : MFR du Granit

Le Comité de développement de Saint-Romain a pour mission d’assurer le développement de sa communauté en créant des emplois de qualité et en mettant en valeur les ressources de son territoire.

Au Québec, les forêts d’érables sont affectées par de multiples perturbations naturelles : pluies acides, infestations de chenilles, verglas, variations climatiques, etc. Les écosystèmes fragiles que sont les érablières peuvent en outre être affectés par les pratiques d’aménagement des acériculteurs.

Pour résoudre cette problématique, le Comité de développement de Saint-Romain, en Estrie, fait la promotion de l’acériculture durable. Dans cet objectif, il a aménagé une érablière-école de 15 000 entailles (88,2 hectares) à Saint-Romain.

Les activités de l’érablière sont concentrées sur la production de sirop d’érable certifié biologique et sur la tenue de formation technique et professionnelle en acériculture durable.

Elle permet la mise en application des notions de gestion et d’opération acquises par les étudiants en acériculture de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, dans un secteur comptant près du tiers des entailles au Québec.

Ce projet permet de diversifier l’exploitation des ressources forestières et contribue à la formation d’agents multiplicateurs qui transmettent l’information dans leur milieu permettant de mettre en application une gestion responsable des érablières assurant ainsi le développement durable de l’ensemble de la ressource forestière.


 

Principaux transformateurs de sirop d’érable de la région

EntrepriseLocalisationSite WebMarque de commercePrésentation 
CitadellePlessisville - Siège social
La Guadeloupe - Usine
Saint-Quentin (NB) Les Produits Restigouche Inc

Site Web CitadelleCitadelle, CAMP, Shady Maple Farms, O’Canada, Maple Gold, Cleary’s et Les Délices de l’ÉrableReprésentant avec fierté près du tiers des producteurs acéricoles de la province de Québec, Citadelle, coopérative de producteurs de sirop d’érable, fabrique, transforme et commercialise une importante variété de produits de l’érable.

Ensemble, les producteurs se sont hissés au premier rang mondial des produits de l’érable sans faire la moindre concession sur l’authenticité de leur production.
Les Industries Bernard et FilsSaint-Victor de BeauceSite Web Industries Bernard et Fils Bernard, Old Fashioned Maple Crest La famille Bernard produit du sirop d’érable pur de qualité depuis le début du 19e siècle. Achat, vente et production de sirop d'érable.
Sirops Maple GroveSaint-Evariste-De-ForsythSite Web Maple Grove FarmsMaple Grove FarmsMaple Grove Farms est fier d'être le plus grand emballeur de sirop d'érable pur aux Etats-Unis, le plus grand fabricant de bonbons d'érable dans le monde.
Érablière Ca-Sé-AlMilanCa-Sé-AlLes produits de l’érablière Ca-Sé-Al ont reçu une certification biologique par l’organisme Ecocert Canada. Ils sont également goûteux, faciles d’utilisation et joliment présentés. Les ingrédients qui entrent dans la transformation des produits offerts sont certifiés biologiques. Dans la mesure du possible, l’érablière Ca-Sé-Al utilise des denrées de provenance régionale. Leurs produits sont maintenant disponibles dans la plupart des marchés d’alimentation spécialisés et des marchés publics de la région de Mégantic ainsi qu’à Sherbrooke (Oliva).
L'érable à son MeilleurLac DroletSite Web L'Érable à son meilleurEn plus de différentes sucreries, L'Érable a son Meilleur propose pas moins de cinq boissons alcoolisées différentes faites à base de sirop d'érable. Nouveau en 2014, un centre d'interprétation de l'érable.

 

Profil de l’industrie laitière québécoise

Ferme laitière du QuébecLa production laitière québécoise est un rouage important de l’économie dans l’ensemble des régions du Québec. Les quelque 12 000 propriétaires de fermes laitières réparties sur l’ensemble du territoire mettent en marché, chaque année, environ 3 milliards de litres de lait pour une valeur à la ferme de plus de 2 milliards de dollars, soit 32 % de l’ensemble des recettes agricoles québécoises.

Bon an, mal an, les entreprises laitières du Québec investissent plus de 400 millions de dollars pour maintenir ou améliorer leurs installations.

Les fermes laitières du Québec étaient à la source de 81 279 emplois (directs, indirects et induits) en 2009, pour l’ensemble de la filière, et ont généré 5,1 milliards de dollars au produit intérieur brut (PIB) canadien. La production laitière a entraîné pour 2009 des retombées fiscales totales de 1,2 milliard de dollars aux différents paliers de gouvernements, dont 635 millions de dollars au gouvernement fédéral, 425 millions de dollars au gouvernement du Québec et 115 millions de dollars aux municipalités.

À l’échelle du Canada, c’est près de 37 % des recettes découlant de la production laitière qui proviennent du Québec, ce qui en fait la principale province productrice de lait au Canada. Le Québec figure au premier rang des provinces, que ce soit pour le volume de lait produit ou pour le nombre de fermes engagées dans cette production. La production laitière vient au troisième rang des activités agricoles canadiennes avec 12,5 % des quelques 41 milliards de recettes monétaires totales de l’agriculture.

Les conditions climatiques, de pluviométrie et des sols ont, depuis toujours, conféré au Québec des avantages pour la production d’herbages et de pâturages. Cet approvisionnement fourrager abondant et de qualité était et demeure encore aujourd’hui un atout important pour notre province et sa production laitière.

La taille et le nombre de fermes
La ferme laitière québécoise possède un troupeau moyen de 60 vaches et livre près de 500 000 litres de lait par année. Au Canada, le troupeau moyen est de 74 vaches. Il y a quelque 6 300 fermes laitières au Québec, réparties sur tout le territoire cultivable, alors qu’il y en a plus de 13 000 pour tout le Canada.

Dans toutes les productions et dans pratiquement toutes les régions du monde, la tendance est à la diminution du nombre de fermes. Le secteur laitier québécois n’y échappe pas. Toutefois, après la Colombie-Britannique, le Québec est la province où la diminution a été la plus faible. Le rythme de rationalisation observé au Québec est en général égal ou un peu plus lent que celui de la plupart des pays où la production laitière est aussi importante.

Le profil des fermes canadiennes est davantage comparable à celui des fermes européennes et du Nord-Est américain qu’à celui des fermes de l’Ouest américain et de l’Océanie. Par exemple, avec la taille des troupeaux de l’Ouest américain (~1 000 vaches), le Canada compterait à peine 900 fermes laitières et il ne faudrait que 350 fermes au Québec, au lieu des quelque 6 300 encore actives aujourd’hui, pour produire la même quantité de lait.

Source : Les producteurs de lait du Québec

Statistiques relatives à la production laitière, Estrie et ensemble du Québec, 2008-2012

  20082009201020112012
Estrie
Producteurs laitiersn595592583579578
Production totalehl2,863,8512,943,1942,968,4083,000,5023,117,346
Recettes brutesk$211,263.6220,301.4223,969.2234,170.1241,383.3
$/hl74.3875.0875.8578.4077.69
Prix moyen net$/hl68.7269.9770.5472.9772.27
k$14,465.914,360.614,590.615,221.916,083.9
Ensemble du Québec
Producteurs laitiersn6,8106,6066,4546,3636,236
Production totalehl27,925,02828,330,93528,685,81228,789,95429,459,746
Recettes brutesk$2,095,569.02,148,785.92,198,051.62,287,681.32,320,775.6
$/hl75.5176.0777.0179.8179.09
Prix moyen net$/hl69.9370.9171.6574.3273.55
k$142,742.2139,912.8142,755.9147,965.5153,963.5

Source : Institut de la statistique du Québec


Principaux transformateurs de produits laitiers de la région

EntrepriseLocalisationSite WebMarque de commercePrésentation
Fromagerie La ChaudièreLac-MéganticSite Web Fromagerie La ChaudièreLa ChaudièreLes fromages La Chaudière sont distribués dans près de 3 000 commerces d'alimentation de petites et grandes surfaces.
Depuis 1976, la famille Choquette a créé une multitude de fromages qui portent aujourd’hui fièrement la signature et les accents d'ici, fabriqués à Lac-Mégantic dans une grande usine dotée d'équipements à la fine pointe de la technologie. La fromagerie La Chaudière offre aussi une gamme variée de fromages biologiques.
AgropurGranbySite Web AgropurNatrel, Québon, Sealtest, Schroeder, Agropur Signature, Island Farms, Allégro, IÖGO, Oka et plusieurs autresAgropur est une coopérative qui répond à l'appel de quelque 3 449 producteurs laitiers qui se partagent la propriété pour bonifier le fruit de leur travail.
Plus de 3,4 milliards de litres de lait sont transformés annuellement dans 36 usines réparties en Amérique du Nord.
Avec un chiffre d'affaires total de plus de 3,8 milliards de dollars, Agropur est le principal acheteur de lait de la région.
Chèvrerie Fruit d'une PassionSaint-Ludger de BeauceSite Web Chèvrerie Fruit d'une PassionParle-moi z'en
Tomme des joyeux fromagers
La Tomme des Joyeux Fromagers est un fromage fermier au lait cru de chèvre. Seul le lait du troupeau est utilisé pour sa fabrication. Sa pâte ferme et sa croûte lavée dégagent un goût bien typé, caractérisé par l’environnement de la Chèvrerie Fruit d’une Passion.

Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc (Agriculture Canada)

Sherbrooke (secteur de Lennoxville), (Québec)

Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc
Centre de recherche Lenoxville

Le Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc (CRDBLP) fait partie du réseau national de 19 centres de recherches exploités par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). Le CRDBLP a été établi en 1914 à Sherbrooke, dans la région des Cantons de l’Est, qui est située au Québec. Il s’agit du seul centre de recherche d’AAC spécialisé dans la recherche novatrice principalement axée sur les industries laitière et porcine du Canada.

 

 

Le centre effectue des recherches dans les trois domaines clés suivants :

  • la durabilité de l’environnement
  • les systèmes de production du bovin laitier et du porc
  • la santé et le bien-être du bovin laitier et du porc

Domaines de recherche

Les équipes de chercheurs du Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc collaborent avec leurs partenaires de l’industrie dans le cadre de recherches visant à optimiser la production laitière et porcine, tout en favorisant le bien-être des animaux et en protégeant l’environnement.

Les secteurs de recherche de base du Centre sont en phase avec les priorités nationales, ce qui aide le secteur à s’adapter et à demeurer compétitif sur les marchés nationaux et internationaux. Une participation accrue aux réseaux de recherche et aux partenariats dirigés par l’industrie élargit la capacité d’innovation du Centre.

  • Amélioration de l’efficacité nutritionnelle, tout en réduisant au minimum les effets néfastes sur l’environnement des productions laitière et porcine
  • Amélioration du bien-être des porcs
  • Examen de moyens de réduire la contribution aux gaz à effet de serre liés à la production animale
  • Étude de l’aspect biologique de la lactation chez les bovins laitiers et les porcs
  • Examen de moyens de réduire au minimum le stress des vaches laitières et des porcs et d’optimiser leur système immunitaire
  • Examen de l’utilisation de produits et de procédés biologiques pour le traitement des déchets agricoles

Faits, chiffres et établissements

  • Situé à Lennoxville, arrondissement de la ville de Sherbrooke, dans la région des Cantons de l’Est au Québec
  • Laboratoires modernes (5 820 mètres carrés) et installations destinées aux bovins laitiers et aux porcs, truies et leur élevage en croissance et finition
  • Installations spécialisées vouées :
    • au dosage radio-immunologique
    • à la culture cellulaire
    • à la biologie moléculaire et au génie génétique
    • à l’évaluation de la qualité des viandes
    • à l’évaluation individuelle de la prise alimentaire à l’aide d’équipements spécialisés et de cages métaboliques
    • à des laboratoires sur l’environnement
    • à des bioréacteurs
    • à un laboratoire d’olfactométrie

Source : Agriculture et Agroalimentaire Canada


Portraits de quelques leaders régionaux de l’agro-industrie

Fromagerie la Chaudière

Fromagerie La ChaudièreFromagerie La Chaudière, bâtie pour durer !

La fromagerie La Chaudière existe depuis 1976. Déjà, à l’époque, Vianney Choquette, le fondateur,  était reconnu dans la région pour le bon goût et la qualité supérieure de son fromage frais du jour.

L’héritage du fondateur se résume en trois mots : Qualité, Responsabilité et Avant-garde.

Quelques décennies plus tard, la famille Choquette est toujours au poste et les 125 employés de l’usine préparent maintenant plus d’une dizaine de produits fromagers, dont plusieurs fabriqués à partir de lait bio provenant des fermes de la région.

Nos fromages bios sont certifiés « Québec Vrai »

Logo Québec vraiEn 1995, alors que les produits bios ne font pas encore partie du vocabulaire à la mode, Vianney Choquette est parmi les premiers à investir temps et argent pour se lancer dans la fabrication de fromages biologiques à partir de lait bio provenant des fermes de la région. Depuis, tous ses fromages bios portent le sceau de certification « Québec Vrai ».

Les clients ont donc accès à des produits fabriqués sans pesticides, sans engrais de synthèse, additifs chimiques ou antibiotiques, assurant du même coup le bien-être des animaux et la protection de l’environnement.

Et dans la vie de tous les jours, cela signifie offrir des produits de qualité qui sont bons pour la santé, choisir des procédés qui contribuent à préserver l’environnement et qui favorisent le développement durable. Ça veut aussi dire faire travailler notre monde, préparer la relève et faire connaître nos produits à travers le pays.

Source : Fromagerie La Chaudière
Fromagerie La Chaudière inc.
3226, rue Laval,
Lac-Mégantic
Québec, G6B 1A4
Téléphone : 819 583-4664
Sans frais : 1 800 667-4330
Site Web de la Fromagerie La Chaudière

Meunerie Milanaise

Farines biologiques produites à partir de céréales biologiques

Meunerie Milanaise logoCélébrant ses 30 ans de réalisations en 2012, la Meunerie Milanaise Inc. a comme mission de poursuivre sa croissance dans le respect de ses principes fondamentaux. Son expertise et ses valeurs, solidement enracinées dans la philosophie de l’entreprise, lui ont permis de concevoir sa recette du succès : des produits de qualité, une constante innovation et une attention soutenue aux besoins de sa clientèle.

Lily Vallières
Lily Vallières

 

La Meunerie Milanaise Inc. fut fondée sur une ferme, appartenant à Lily Vallières et Robert Beauchemin, située dans le pittoresque village de Milan en Estrie.

Leur obstination à vouloir offrir des produits de qualité et leur précieuse connaissance de l’art de la mouture à la meule leur permirent ainsi de se démarquer des nombreuses petites meuneries du Québec.

Robert Beauchemin
Robert Beauchemin

Ainsi, deux ans seulement après leur ouverture, la capacité de production ne satisfaisait plus le marché de la farine biologique. La Meunerie Milanaise Inc. a rapidement dû chercher à s’approvisionner chez d’autres producteurs. Cette quête du grain de haute qualité eut l’avantage de construire un réseau avec d’autres producteurs biologiques du Québec, de l’Ontario, de la Saskatchewan ainsi que des États-Unis. Ces relations, combinées à l’explosion de la micro-boulangerie au Québec ainsi qu’à l’essor continu des produits biologiques dans le créneau des aliments naturels et des produits gourmets dans les marchés grande surface ont contribué à susciter l’intérêt pour les produits de l’entreprise. En 1997, elle fut relocalisée dans une nouvelle usine, construite au cœur du village de Milan, qui pouvait regrouper l’ensemble des activités de production et supporter sa croissance.

Aujourd’hui, chef de file de l’industrie meunière canadienne, La Meunerie Milanaise Inc. s’approvisionne en céréales à plus de 60% chez des producteurs québécois. Elle prévoit accroitre encore davantage ses achats afin de favoriser la culture du blé au Québec ainsi que la protection de l’environnement. Ayant à cœur le bien-être de sa clientèle actuelle et future, elle a instauré des pratiques de saine gestion, au sein de ses activités quotidiennes, visant à améliorer la qualité de vie.

Source : Meunerie Milanaise

Meunerie Milanaise Inc. – À la base du mouvement biologique québécois, La Milanaise est naturellement passionnée

« Nous sommes dans un marché qui est en très forte croissance et d’ailleurs nous venons d’investir 3 M $ pour doubler notre capacité de production. Les gens nous reconnaissent à cause de notre présence à l’épicerie mais en fait ce n’est que 20 % de notre marché, le reste est concentré surtout dans les boulangeries et dans l’industriel. Depuis les débuts de cette entreprise, la qualité est au cœur du développement et ainsi nous avons même nos propres agronomes qui travaillent avec les producteurs dans les champs pour produire le meilleur grain avec des directives strictes au niveau de la qualité bio. La main d’œuvre ici est très fidèle alors il y a peu de départs, cela nous avantage mais nous allons au-delà des coups, nous automatisons beaucoup également. Meunerie La Milanaise a beaucoup de projets sur la table – même une future école de boulangerie! »

Steve Castegan – Directeur général – Meunerie La Milanaise Inc.

Meunerie Milanaise
108, route 214
Milan (Québec)
G0Y 1E0 Canada
Téléphone : 819 657-4646
Télécopieur : 819 657-1011
Courriel : info@lamilanaise.com
Site Web Meunerie Milanaise

Alegria

Fabriquant de pâtes alimentaires biologiques

Logo Alegria

Marie-Hélène Gagné, Éric Daigneault, Noémie
Marie-Hélène Gagné, Éric Daigneault et Noémie

En novembre 2008, le couple Marie-Hélène Gagné et Éric Daigneault a acheté la marque de commerce Alegria et les équipements de fabrication de ces pâtes alimentaires biologiques de la Meunerie Milanaise.

Fabriquées de farines biologiques de la Meunerie Milanaise et certifiées biologiques par Écocert Canada, les pâtes Alegria ont une teneur élevée en fibres et une meilleure qualité nutritive. Elles cuisent en cinq minutes, plus rapidement que les pâtes alimentaires commerciales.

Membre d’Aliments du Québec, un regroupement de producteurs, leur compagnie à numéro fait affaires sous la raison sociale Produits Alegria, avec 1 employé temps plein et 2 employés à temps partiel. Marie-Hélène voit au côté administratif, alors qu’Éric s’occupe des ventes et de la prospection de nouveaux clients.

« Nous avons renouvelé l’image de l’entreprise, pour reprendre des parts de marché. Un nouveau logo, de nouveaux emballages et de nouveaux formats pour mieux répondre aux besoins de notre clientèle et rester à prix compétitifs ».

Le couple a une fille, Noémie, qui adore rencontrer les clients dans les marchés publics et parler de ses bonnes pâtes, elle les fait même déguster.

 

Entreprise certifiée biologique

Source : Alegria